6ème Repas d'Études

jeudi 20 janvier 2022

Commentaires de l'officier de bouche.

Cher Président,
Chers amis Commandeurs,
Chers invités,
Chers Laurence et Emeline. 

Comme c’est moi qui ai la lourde tâche de commenter le festin de ce soir, 
je profite du pouvoir qui m’est donné pour mettre les femmes à l’honneur !
Mais bien sûr, je n’oublierai pas mes chers maîtres restaurateurs Pascal et Benjamin, ainsi que mon cher Maxime chef de rang et sommelier.
Nous sommes à la Rochette cernés mais surtout choyés par la famille Lanoix.
Vous l’aurez compris ici la restauration c’est avant tout une affaire de famille.

Nous commençons par un amuse-bouche, une coupe de crémant de la cave de Turckheim bien équilibrée et qui met en valeur la petite tartelette de mousse de chèvre et la délicieuse petite raviole de Bœuf.

Nous avons débuté le repas de ce soir par un foie gras de canard maison agrémenté d’un confit de quetsches au poivre du Penja. (Lauréat du meilleur Foie-gras d’Alsace, deux fois primé)
Ce poivre aux notes animales, venait parfaitement rehausser ce magnifique foie gras.
Il était accompagné d’une crudité de fenouil en aigre-doux.

Un mélange de texture et de saveurs qui se marient à merveille, accompagné d’un Pinot Blanc léger et fruité de la Maison Tempé à Ammerschwihr.

Cette entrée était suivie d’un filet de rouget juste grillé avec un jus de coquillages 
Légèrement épicé lié au potimarron.
La praires coquille en croute de courge apporte un croquant qui donne un beau relief à tout ce plat.
Le vin utilisé précédemment s’accorde également très bien.

Venait ensuite une pause gourmande avec ce magnifique cappuccino de pommes de terre truffé étonnant et détonnant.
Un concentré aromatique, une texture parfaite, juste ce qu’il fallait pour nous donner encore plus envie de poursuivre cette aventure culinaire.

C’est presque à regret que nous avons quitté ces saveurs exquises pour revenir dans nos montagnes, au pays. 
Mais c’était sans compter sur les prouesses de notre duo en cuisine.

En effet, nous avons eu droit en suivant à un magnifique dos de biche. Un produit local d’une tendreté incomparable. Une cuisson parfaitement maitrisée.
Un plat juste parfait, agrémenté d’une pomme aux airelles, un incontournable des plats de gibiers avec une sauce légèrement épicée qui sublime cette viande de chasse, de salsifis glacés, un légume ingrat et souvent boudé, mais au combien délicieux quand il est préparé comme il l’était ce soir.

Ce plat était accompagné d’un Côte du Rhône Cairanne de chez Pierre Amadieu, un vin équilibré entre arôme de fruits noirs et structure savoureuse et légèrement tanique.

Bien sûr, nous ne pouvions finir ce repas sans un bon fromage.
Personnellement, vous vous en doutez, j’aurais préféré un bon munster … de chez Dodin…. mais nos chefs ont préféré nous servir une fourme d’Ambert et poires tapées.
« Petite explication sur la Poire Tapée : »
Il s’agit en fait d’une recette très ancienne (XIe siècle) qui consiste à éplucher des poires puis à les faire sécher et enfin à les aplatir pour mieux les conserver.
Une très belle association de saveur et de texture, avec un peu de roquettes qui ramène un peu de fraîcheur au plat.

Pour finir le repas en beauté les chefs nous ont proposé un entremet à l’orange et chocolat à la façon d’un léger Pin’s, d’un sorbet Yuzu, un dessert frais et réconfortant qui nous rappelle notre enfance.
La encore une belle association avec ce qu’il faut de calories pour nous régaler.

C’est donc les papilles inondées de bonheur que je vais conclure en vous remerciant très chaleureusement pour ce merveilleux repas. 
Ce soir il y avait bien plus que de la cuisine dans nos assiettes, il y avait de la passion et de l’amour.

Mille mercis pour ce délicieux moment !

Et comme le veut la tradition, je laisse le mot de la fin aux bons soins de notre cher Président  …..